Accueil

Abonnez-vous à notre newsletter


Notes de position D&C

  • Pour une véritable gouvernance d’entreprise en France
    Pour une véritable gouvernance d’entreprise en France

    par Eva Fourel, Ahmed Guenaoui, Paul Oudin, Sophie Vermeille

    25 septembre 2019

    À la suite de l’introduction de la loi PACTE , Droit & Croissance invite les législateurs français et européen à dépasser les querelles idéologiques sur le rôle de l’entreprise et à s’inspirer des travaux académiques les plus récents afin, d’une part, d’améliorer la gouvernance des entreprises et, d’autre part, d’achever la construction de l’Union des Marchés de Capitaux.

  • La directive européenne insolvabilité, une opportunité pour la France de se focaliser sur le long terme ?
    La directive européenne insolvabilité, une opportunité pour la France de se focaliser sur le long terme ?

    par Sophie Vermeille et Eva Fourel

    16 juillet 2019

    La directive adoptée par le Conseil de l’Europe le 6 juin 2019 offre une opportunité à la France d’opérer un changement de paradigme vers un droit des entreprises en difficulté plus efficace. En opposant cet objectif à l’équité, et en cherchant à préserver les emplois à court terme, le droit français actuel pénalise l’économie, alors qu’en se concentrant sur le plus long terme, l’équité comme les objectifs économiques de l’Union Européenne peuvent être atteints.

  • Note sur l’état d’avancement des discussions sur le projet de directive européenne
    Note sur l’état d’avancement des discussions sur le projet de directive européenne

    par Sophie Vermeille et Benjamin Fremaux

    18 décembre 2017

    Suite au rétropédalage en cours de la DG Justice de la Commission européenne concernant la directive insolvabilité, compte tenu des différents obstacles rencontrés, en particulier en Europe du Nord, vous trouverez ci-joint une nouvelle note de position de D&C.

Publications

  • La Directive Restructuration: une lecture à la lumière de l’analyse fonctionnelle du droit dans une perspective française
    La Directive Restructuration: une lecture à la lumière de l’analyse fonctionnelle du droit dans une perspective française

    par Vasile Rotaru

    1er octobre 2019

    Cette étude est une version enrichie de l’article publié dans la RTDF, juin 2019, co-écrit avec Sophie Vermeille. L’étude offre une analyse approfondie, du point de vue de l’analyse économique fonctionnelle du droit, des procédures de restructuration préventive et, notamment, de la nouvelle Directive Restructuration, de ces objectifs, modèles proposés et principales mesures. Il apparaît à l’issue de notre analyse que la Directive manque un socle intellectuel clair et cohérent, et poursuit parfois des mauvais objectifs. Néanmoins, les mesures significatives de la Directive peuvent être transposées en…

  • Theory, Evidence, and Policy on Dual-Class Shares: A Country-Specific Response to a Global Debate
    Theory, Evidence, and Policy on Dual-Class Shares: A Country-Specific Response to a Global Debate

    Par Aurelio Gurrea-

    SSRN – 3 juillet 2019

    Comment appréhender le recours croissant aux « dual class shares » par les sociétés entrant en bourse ? Il n’existe pas de réponse unique. Prohiber, autoriser ou encadrer ce type d’instruments dépendra d’une variété de facteurs relatifs à la société souhaitant emprunter cette structure de capital ainsi qu’à son environnement législatif et économique.

  • La Directive Restructuration : un texte sans socle intellectuel cohérent, mais une opportunité unique pour la France
    La Directive Restructuration : un texte sans socle intellectuel cohérent, mais une opportunité unique pour la France

    Par Vasile Rotaru et Sophie Vermeille de Droit & Croissance

    4 juin 2019

    Du point de vue de l’analyse économique du droit, la Directive Restructuration est un regrettable échec, son texte final n’étant assis sur aucun socle intellectuel cohérent. Toutefois, sa transposition donnera l’occasion de réformer profondément le droit des restructurations français, à condition qu’il vise à restructurer les entreprises viables de manière transparente, prévisible et respectueuse des droits des créanciers.

Présentations D&C

  • Les lacunes de la directive européenne n°2019/1023 relative aux cadres de restructuration préventive : une analyse économique du droit
    Les lacunes de la directive européenne n°2019/1023 relative aux cadres de restructuration préventive : une analyse économique du droit

    Par Sophie Vermeille
    Intervention lors de la conférence « The convergence in EU rules for insolvency and enforcement » – Bruxelles – 31 octobre 2019

    La directive européenne n°2019/1023 sera progressivement transposée par les États membres jusqu’au 17 juillet 2021. Fruit de nombreux compromis politiques, elle laisse une importante marge de manœuvre aux États membres dans leur effort de transposition. Pourtant, une analyse économique de la directive démontre que de nombreux aspects, tantôt abandonnés aux États membres et tantôt simplement ignorés par la directive, auraient nettement gagnés à être pris en compte.

  • The end of restrictions by object
    The end of restrictions by object

    Par Thibault Schrepel
    Competition Law Scholars Forum Workshop, “Antitrust at the Intersection of Law & Economics”, Université de Graz (Autriche), 19 avril 2018.

    Dans cette présentation donnée en Autriche au mois d’avril 2018, Thibault Schrepel défend la nécessité d’éliminer les restrictions par objet du droit de la concurrence. Il évoque trois raisons : l’une linguistique, l’autre juridique et la dernière économique.

  • Le test amélioré de l’absence de justification économique : étude à travers l’innovation prédatrice
    Le test amélioré de l’absence de justification économique : étude à travers l’innovation prédatrice

    Par Thibault Schrepel
    Conférence annuelle de l’Association Française d’Economie du Droit – 8 novembre 2017

    Plusieurs tests ont été imaginés au fil des années afin de juger de la légalité des pratiques au regard du droit de la concurrence. Aucun ne permet toutefois d’appréhender les pratiques non-tarifaires sans créer de nombreuses erreurs judiciaire. Cette présentation expose un nouveau « test amélioré de l’absence de justification économique » qui permet d’améliorer les règles concurrentielles à court, moyen et long terme.

Revue de presse

Conférences passées